Index

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


Ile du Levant et Biscarosse


Ile du Levant (41.0°N / 6.4°E)

Les essais de missiles que menait la CEPA (Commission d'Etudes Pratiques d'Aéronautique), depuis 1948 à partir de la plage de Pampelone sur la Côte d'Azur, nécessitèrent rapidement un domaine plus étendu et plus isolé. En octobre 1950 fut créée sur l'île du Levant à 10 km de la côte, une station de lancement d'engins spéciaux, qui allait devenir en 1952 le CERES (Centre d'Essais et de Recherches d'Engins Spéciaux). Cette base de l'aéronautique navale fut utilisée, tout au long des années 1950 pour tester, non seulement les engins destinés à la Marine, mais aussi différents types de missiles pour les autres armes. En 1963, le GTES (Groupe Technique d'Engins Spéciaux) de Toulon, prit en charge l'exploitation du polygone de tir de la Renardière sur la presqu'île de St Mandrier. C'est depuis la Renardière qu'avait été testée en 1945 la fusée EA 41, première fusée française à ergols liquides (oxygène liquide et kérosène).

Le 1er septembre 1968, le CEM (Centre d'Essais de la Méditerranée) naquit du regroupement du CERES, du GTES et du polygone de la Renardière, placés sous l'autorité de la DRME (Direction des Recherches et Moyens d'Essais). Le 1er juin 1977, le CEM passa sous le contrôle de la DTEn (Direction Technique des Engins).

Le CERES, puis le CEM, ont été utilisés pour les essais de la plupart des missiles tactiques utilisés en France, mais aussi de quelques fusées-sondes (pour le compte du CNES et de l'ESRO) et d'engins expérimentaux de l'ONERA et de la SEREB.

Biscarosse (44.4°N / 1.2°W)

En juillet 1962, quatre mois après la signature des accords d'Evian, qui prévoyaient la fermeture du CIEES pour le 1er juillet 1967, le gouvernement français décida de créer un centre d'essais de missiles dans les Landes, près de Biscarosse. Le CEL (Centre d'Essais des Landes) devait permettre de tester à la fois des engins tactiques, des missiles tactiques nucléaires (300 km de portée) et des missiles stratégiques (3000 km de portée). Dans ce dernier cas, la zone de réception des ogives est située vers les Açores, avec des installations de poursuite situées sur l'île de Flores (inaugurée en octobre 1966) et sur un navire réceptacle. Le Henri Poincaré, opérationnel à partir de mars 1968, a été remplacé par le Monge en 1992.

Si les essais de missiles tactiques commencèrent dès mars 1964, le premier prototype d'IRBM (S 112 monoétage) ne fut lancé que le 15 février 1966. La chronologie des premiers vols d'essais pour les différentes variantes fut la suivante :
- monoétage P10 (901) en 1966-67 : véhicule S112 dont les essais avaient débuté au CIEES
- biétage P10/P10 (901/903) en 1967-68 : véhicule S01 de portée réduite
- biétage P10/P4 (904/Rita 1) à partir de 1968 : véhicules M012 et M013, puis MSBS M1
- biétage P16/P10 (902/903) à partir de 1968 : véhicule S02, puis SSBS S2
- biétage P10/P6 (904/Rita 2) à partir de 1973 : MSBS M2 puis M20
- biétage P16/P6 (902/Rita 2) à partir de 1973 : SSBS S3
- triétage P20/P8/P2 (401/402/403) à partir de 1980 : MSBS M4, puis M45
On peut citer également les essais des missiles nucléaires tactiques : Pluton (propulseur Styx) à partir de 1968, puis Hadès (propulseur Archeron) à partir de 1988.

Dans le domaine des fusées civiles, le CEL fut utilisé pour lancer les derniers exemplaires de Rubis et Cora en 1967. Quelques fusées-sondes de Sud Aviation ainsi que deux fusées expérimentales de l'ONERA y ont également été tirées.

Tableaux
a/ Lancements depuis l'Ile du levant (sauf missiles)
b/ Lancements depuis Biscarosse (sauf missiles)


a/ Lancements depuis l'Ile du levant (sauf missiles)

AnnéeTotalDétail
1959 3 Antarès, 1 Daniel
1960 6 Antarès
1961 3 Antarès, 2 Daniel
1962165 Bélier, 4 Bérénice, 7 Centaure
196362 Agate, 1 Bélier, 2 Bérénice, 1 Centaure
1964112 Agate, 1 Bélier, 4 Bérénice, 3 Centaure, 1 LEX
196591 Bérénice, 5 Centaure, 3 LEX, 1 Tacite
196611 Bérénice
196761 Dauphin, 4 LEX, 1 Tacite
196822 Tacite
196922 Centaure

Note 1: Les 7 premières fusées Antarès étaient désignées OPd-56-39-22-D.
Note 2: Dans le cadre du développement des missiles stratégiques MSBS, trois M112 (P10/901) ont été tirés d'un caisson sous-marin au CERES en 1966-67, puis deux M011 (P10/904) en 1967-68. Quatre M112 ont été tirés depuis le sous-marin Gymnote au large du CERES en 1967.
Note 3: Dans le cadre du développement des missiles Dassault MD 620/Jericho, seize engins (dont cinq monoétages) ont été tirés au CERES en 1965-68.

b/ Bilan des lancements depuis Biscarosse (sauf missiles)

AnnéeTotalDétail
196721 Cora, 1 Rubis
196851 Bélier, 2 Dauphin, 2 Dragon
196971 Bélier, 6 Dragon
197022 Dragon
197111 Tibère
197211 Tibère
197311 Dragon
1989 1 Black Brant V
1990 2 Black Brant V, 3 Nike Orion
1992 1 Black Brant IX
1993 1 Black Brant IX, 1 Nike Orion
1994 1 Black Brant IX

Note 1: Dans le cadre du développement des missiles stratégiques SSBS, quatre S112 furent tirés d'un silo au CEL en 1966-67, huit S01 en 1967-68 et douze S02 en 1968-73.
Note 2: Dans le cadre du développement des missiles stratégiques MSBS, quatre M012 furent tirés du sol au CEL en 1968, puis quinze M013 depuis le sous-marin Gymnote au large du CEL en 1968-71.


Sommet
de la page

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


Adresser commentaires, corrections ou questions à Jean-Jacques Serra <JJ.Serra@wanadoo.fr>