Index

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


San Marco Scout

En 1977, l'université de Rome et les responsables du Projet San Marco ont proposé de développer une version améliorée du lanceur américain Scout utilisé à plusieurs reprises par cette équipe. La version la plus puissante à l'époque, Scout F1, était capable de satelliser environ 200 kg en orbite à 550 km d'altitude depuis la base italienne du Kenya. Elle était formée de quatre étages à poudre (Algol IIIA, Castor IIA, Antares IIB et Altair IIIA), mesurait 22 mètres de haut et pesait 21 tonnes. La version Scout G1 introduite en 1979 en remplaçant le moteur Antares IIB par un Antares IIIA devait porter la masse satellisable à 220 kg.
Le projet San Marco Scout de l'université de Rome consistait à recourir à un booster "Santa Rita", formé par un faisceau de quatre moteurs Algol de 1.14 m de diamètre, fixés au premier étage Algol d'origine. Le faisceau devenait le 1er étage, l'Algol central le 2nd étage, Castor le 3ème étage et Antares le 4ème étage sur lequel était installé la charge utile qui atteignait ainsi presque 600 kg à 550 km. En conservant l'étage Altair, la fusée pouvait emporter 120 kg en orbite géostationnaire.

De son côté, la société BPD procédait, depuis le début des années 80, à une étude interne sur la possibilité de réaliser un petit lanceur utilisant des propulseurs à poudre disponibles, c'est à dire les boosters du lanceur Ariane en développement et les moteurs du missile Alfa abandonné en 1977. Après avoir envisagé diverses configurations, BPD retenait en 1986 le concept SB7 (Solid Booster 7), une fusée quadriétage à poudre. Le 1er étage devait être constitué de quatre boosters Ariane 4 dotés de tuyères orientables montés en faisceau autour du 2nd étage utilisant un autre booster Ariane 4 et surmonté du 3ème étage reprenant un booster Ariane 3. Le 4ème étage devait être dérivé de l'IRIS, initialement conçu comme étage supérieur du Shuttle pour le lancement de satellites Italiens. Le lanceur SB7, qui aurait mesuré 23 m de haut et pesé environ 50 t, aurait pu lancer une charge utile de 500 kg en orbite à 500 km d'altitude depuis la plate-forme San Marco.

En 1987, les deux projets furent regroupés et SNIA-BPD et LTV commencèrent l'étude commune d'un lanceur Eagle Scout, capable de lancer une charge utile d'environ 520 kg, soit le double du Scout, pour un prix équivalent à 150% de celui du lanceur américain. Ce projet reprenait le Scout classique en lui ajoutant deux boosters dérivés de ceux d'Ariane 3 avec une composition de propergol modifiée pour obtenir une poussée variable. Ces nouveaux boosters constituant le 1er étage étaient allumés avant le corps central conservant le propulseur Algol qui devenait le 2ème étage du lanceur. Le 4ème étage du Scout G1 était remplacé par le moteur d'apogée européen Mage 2.
Cet Eagle Scout, rebaptisé Scout 2 en 1988, devait servir initialement au projet germano-italien TOPAS pour le lancement, depuis la base San Marco, de capsules balistiques récupérables destinées aux expériences européennes en microgravité.

Tir d'essai de San Marco Scout Scout 2

En 1990, le CIPE (Comitato Interministeriale per la Programmazione Economica) approuva le projet San Marco Scout en finançant la modernisation de la plate-forme de tir San Marco et le développement du lanceur Scout 2. Plusieurs décisions en découlaient :
- la base San Marco serait équipée de nouveaux moyens de poursuite radar, de réception de télémesure et de soutien logistique pour la mise en oeuvre du Scout 2,
- le Scout 2 reprendrait les trois premiers étages du Scout G1 en remplaçant le moteur supérieur par un Mage 2 et en ajoutant deux boosters à poudre d'Ariane. La coiffe serait agrandie à un diamètre de 1,35 m (contre 1.067 m pour la plus large coiffe du G1),
- cette capacité de lancement serait complétée par le développement d'une capsule récupérable Carina (Capsula di Rientro Non Abitata) adaptée au Scout 2.

Pour différentes raisons, ce programme, qui prévoyait un premier lancement de Carina en 1992, n'a pas été réalisé. Un seul essai en vol a été effectué le 19 mars 1992 à Salto di Quirra, avec un des moteurs du nouveau lanceur - un PAP Ariane 4 doté d'une tuyère orientable - et deux maquettes de booster.

Liens
Université de Rome - San Marco Project


Sommet
de la page

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


Adresser commentaires, corrections ou questions à Jean-Jacques Serra <JJ.Serra@wanadoo.fr>